Tricot

Le pull géométrique que je voulais faire depuis longtemps et que j’ai fait longtemps

432-P1030783

« Une fois que vous avez trouvé une démarche régulière, vous n’avez plus besoin de pensée consciente pour la conserver et cependant cela vous évite de penser sérieusement à quoi que ce soit d’autre. Comme le tricot, comme le travail de copie d’un clerc, cela neutralise progressivement toute activité sérieuse de l’esprit et la met en sommeil. Nous pouvons penser à une chose ou une autre, légèrement et en riant, comme fait un enfant, ou comme nous faisons dans le demi-sommeil du matin »

dans « Randonnées à pied » de Robert-Louis Stevenson (1850-1894)

Les écrivains et les poètes, tout comme les musiciens et tous les autres artistes, sont essentiels pour mettre en forme nos pensées et sentiments qui sans eux resteraient souvent flous et diffus. Merci Robert-Louis Stevenson pour ces quelques phrases qui donnent du corps à la sensation de bien-être qui m’envahit quand je randonne ou quand je tricote. Instinctivement, il me semblait bien qu’il y avait entre ces deux pratiques un plaisir similaire. Et ce plaisir ce serait celui de s’oublier. Ce serait le bonheur de se laisser porter par un mouvement répétitif, hypnotique, de se laisser totalement absorber dans une tâche pour, l’espace d’un instant béni, oublier tout le reste. Qu’il est bon de laisser voguer son esprit librement, de se laisser envahir par le simple bonheur d’être là et de ne plus penser à hier ou à demain, aux choses à faire et aux soucis quotidiens!

430-P1030781

Ce pull géométrique a été un support de méditation idéal. Un travail long et fastidieux qui a nécessité une bonne dose de concentration et de persévérance (si vous avez un jour essayé la méditation, vous savez que c’est long, fastidieux, que ça demande de la concentration et de la persévérance!… (Ça vaut également pour la randonnée et pour beaucoup de choses qui rendent heureux et fier à la fin)). C’était exactement ce qu’il me fallait à la fin de l’hiver dernier. De novembre à janvier, j’avais tricoté beaucoup de gros pulls. Grosse laine, grosses aiguilles, rapidité d’exécution (3 semaines par pull en moyenne) et inévitablement gros budget. Bref, à la longue j’étais un peu écœurée et j’ai cherché un projet qui m’occuperait longtemps. Le modèle de Ludivine M que j’avais repéré depuis longtemps me semblait parfait! Des aiguilles 3.5, de la laine fine, du jacquard partout, voilà qui allait prendre un temps certain! Je lorgnais sur ce modèle depuis des années en plus. En me disant que je me lancerais dedans quand je serais « forte en tricot ». C’était donc le moment rêvé pour ce projet!

436-P1030787

Ce pull m’a occupée environ 3 mois, tout le printemps, un record! Si vous voulez vous lancer dans ce projet, le tuto est ici, il est gratuit et il est super bien fait (merci Ludivine!!). J’ai suivi le patron à la lettre sauf au niveau des manches. Comme le pull est assez épais, je voulais qu’il joue vraiment son rôle de « gros pull d’été » et je me suis dit que des manches longues seraient donc plus appropriées que des manches trois-quart. J’ai rallongé les manches en ajoutant deux bandes blanches, une en haut et une en bas.

429-P1030780

Fil: Phildar, Cabotine

Aiguilles: 3.5

Modèle: gratuit, Ludivine M

Photos: L’Homme, au Refuge du glacier blanc dans le massif des Écrins

2 réflexions au sujet de « Le pull géométrique que je voulais faire depuis longtemps et que j’ai fait longtemps »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s