Tricot

Petite leçon de colorimétrie ou le gilet « Hortense » de Phildar

4-P1040952
Il y a des vêtements qu’on ne porte jamais et d’autres que l’on porte tout le temps… J’adore ce gilet qui est devenu un fétiche de l’hiver! Comment ça s’explique??

Dans mon armoire, il y a des vêtements que je ne porte pas. Vous voyez, ces pièces qui vous narguent dans le coin sombre de l’étagère ? Ces vêtements qui disent : pourquoi tu ne me portes pas ? Tu ne m’aimes pas ? Alors pourquoi tu m’as acheté ? Pire, pourquoi tu as passé des heures à me tricoter ? Quand je les vois ceux-là, avec leur air triste, je culpabilise à mort. En effet, pourquoi je ne les mets pas alors que je les ai achetés ou fabriqués ?

Bien sûr il y a plusieurs raisons, et différentes catégories de vêtements non-portés. Il y a ceux qui me font ressembler à un sac à patates (hé non, la robe taille empire ne m’ira JAMAIS), ceux qui me donnent un air déguisé (oui, j’aime les franges, les longues jupes, mais j’ai l’air d’une fausse hippie avec ça, même pas « bohème chic »), et puis surtout ceux qui me donnent l’air terne et ceux qui ne vont avec rien.

6-P1040962
Rose, avec plein de détails et de dentelle (le kif, en bref!)

Le problème commun avec ces vêtements qui donnent un air tristounet et ceux qui ne vont avec rien, c’est leur couleur. Ce n’est pas que leurs couleurs soient moches, non, au contraire ils ont en général de très jolies couleurs. Le souci c’est que ces couleurs ne me vont pas, à moi. En effet, j’ai appris il y a quelques mois qu’il existe des couleurs capables de sublimer ou d’affadir un visage. Ces couleurs sont spécifiques à chaque personne. Connaître les couleurs qui nous vont est un véritable atout pour se mettre en valeur et pour éviter d’acheter ces fameux vêtements qu’on ne porte pas. C’est tout l’intérêt de la colorimétrie ou l’art de s’habiller dans sa palette de couleurs.

Exemple ! Chaque année, à l’approche de l’automne, j’ai envie d’acheter des vêtements aux couleurs qui évoquent les forêts rougeoyantes et les fourrures de leurs hôtes, les boissons chaudes et les noix fraîches. Palette : jaune moutarde, terre de sienne, rouge brique, caramel, noisette. Vous voyez ? Ces couleurs sont magnifiques, mais sur moi c’est une catastrophe. J’ai le teint blafard, la mine triste. Quel gâchis ! Avec quelques notions de colorimétrie, tout s’explique. Ces couleurs appartiennent à la palette « automne » qui présente toutes les nuances des couleurs à la fois chaudes et grisées. Tout le contraire de ma propre palette, « hiver », qui privilégie les teintes froides et intenses.

En fait, la colorimétrie fonctionne avec quatre palettes de références. Celles-ci évoquent les quatre saisons.

  • Automne : couleurs chaudes (avec une touche de jaune), désaturées et grisées (avec une pointe de gris), métal or

35402794d6a1f47cc0ce1974653c627b

  • Hiver : couleurs froides (avec une touche de bleu), saturées et intenses, métal argent

014e46a3e0a61607b95a7ae31d040831

  • Printemps : couleurs chaudes (avec une touche de jaune), saturées et intenses, métal or

6e2bce2a8a6798cba7c9c96657c7acc5

  • Été : couleurs froides (avec une touche de bleu), désaturées et grisées (avec une pointe de gris), métal argent

ece3aba9727282711b6bfa2261b8b31d

Pour déterminer sa palette, le mieux est de prendre rendez-vous avec une spécialiste. Je trouve que l’expérience en vaut la peine. En fonction du teint, de la couleur des cheveux et des yeux, la spécialiste en colorimétrie peut se faire une première idée de la palette qui conviendrait. Ensuite, elle fait un « drapage », c’est-à-dire qu’elle passe une grande quantité de tissus de différentes couleurs sous le visage de la personne en test. On voit très vite quelles sont les couleurs qui illuminent le visage et celles qui affadissent. A la fin de la séance on sort avec une bonne connaissance de sa palette et un petit nuancier de poche qui permet de se rappeler nos couleurs quand on fait du shopping.

La colorimétrie est très utilisée dans le monde du cinéma. Les acteurs et actrices savent en général qu’elles sont les couleurs qui les font rayonner et celles qui les rendent ternes. La différence peut vraiment être flagrante. Et nous, nous sommes les stars de nos propres vies n’est-ce pas ? Alors je trouve que ça vaut la peine d’apprendre à connaître ce qui nous met en valeur !

7-P1040963
Du rose, du rose, du rose!

Après ma séance de colorimétrie, j’ai fait un grand tri dans ma garde-robe pour éliminer les vêtements qui ont des couleurs hors de ma palette hiver. J’achète moins de fringues (pas toujours évident de trouver la bonne couleur). Et je vais plus vite pour choisir les couleurs de mes pelotes de laine ! Hé oui, moi qui passe en général des heures à hésiter entre différents coloris de fil, je vais désormais plus vite car maintenant je ne tricote plus que « dans ma palette ». C’est magique car j’évite de me retrouver avec des trucs que je ne porte pas et en plus, tout va avec tout. En effet, l’autre avantage de s’habiller dans sa palette, c’est que toutes les couleurs d’une même palette s’accordent.

2-P1040944
Je prend un air inspiré, genre je ne vois pas du tout l’Homme derrière l’objectif (hum!).

Après le pull de Chulilla, bleu électrique, voici mon deuxième pull « hiver », rose fuschia ! J’ai choisi un modèle Phildar, le gilet « Hortense », dans le catalogue été de cette année. Normalement il devait être tricoté en Phil Cabotine (coton et acrylique) mais je l’ai fait en Phil Partner 3.5 (laine, polyamide et acrylique) pour gagner en chaleur et le porter plus longtemps dans la saison. Je l’ai un petit peu rallongé au corps et aux manches pour pouvoir les retrousser. Enfin, je n’ai pas cousu les bandes d’encolures, mais je les ai réalisées en relevant les mailles. Je trouve cette technique plus pratique, d’autant plus qu’elle permet d’éviter quelques coutures supplémentaires.

1-P1040941
Détails des manches
3-P1040948
Détails du dos

Je prends de plus en plus de plaisir à tricoter des ouvrages complexes avec des points dentelle et des aiguilles fines. Ici, j’ai travaillé avec des aiguilles 3.5. Il y a deux motifs différents sur le modèle. Ces motifs ne sont pas très compliqués, mais suffisent pour ne pas s’embêter. Ce tricot à été mon compagnon de l’été. Commencé en voyage vélo dans la Loire avec les copines, continué dans différents refuges des Écrins entre deux randos et courses d’alpinisme et terminé à Ailefroide au pied des falaises… Il est plein d’air de la montagne !

71594509_2677781992267242_4594372047479504896_o
Pause tricot au refuge de Font Turbat (alt. 2194) au fin fond de la superbe vallée du Valjouffrey, au cœur du massif des Écrins (mon grand amour!)

Modèle: « Hortense » de Phildar dans le catalogue n°172 (printemps-été 2019)

Laine: Partner 3.5 de Phildar, coloris Bengale

Photos: L’Homme au château de la Hulpe

Experte en colorimétrie: Elise, « Palett&Look » à Bruxelles (une nana au top! Gentille, dynamique et super compétente, je vous la recommande!): eliseverstraeten@gmail.com

Pour en savoir plus pour apprendre à s’habiller dans ses couleurs, et de manière éthique: Faites un tour sur le site de mon amie Maya!

5-P1040957
Je vous ai déjà dit que l’Homme et moi on a un faible pour les châteaux 😉

Une réflexion au sujet de « Petite leçon de colorimétrie ou le gilet « Hortense » de Phildar »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s